California dreamin’: retour sur mon voyage de 10 jours

Ça fait à peine une semaine que je suis revenue de Californie et je ne pense qu’à une chose: y retourner! Tout le monde me demande comment était mon voyage, et je ne sais plus comment le dire, mais j’ai tellement aimé la côte ouest américaine que les mots me manquent. Oui, à ce point là. Il faut dire que je rêvais d’y aller depuis des années, et maintenant c’est chose faite.

Il faut que je précise que j’étais ultra stressée (parce que je suis une fille ultra stressée, ça va sans dire) un coup que les billets d’avion étaient achetés et que les réservations ont été faites. Parce que c’était la première fois que j’avais à planifier un voyage de la sorte. Honnêtement, j’ai presque regretté à un certain point, parce que je ne savais plus où me garocher. Comment planifier 11 jours pour en profiter au maximum et tout voir? Tsé, les tout inclus dans le sud, tu te casses pas tellement la tête: t’achètes tes billets d’avion et t’attend le départ. Cette fois-ci, j’avais besoin d’être légèrement plus organisée.

914680_625334260893771_2062133681_n

La Californie est toujours une bonne idée.

 

Chéri et moi avons commencé par planifier l’itinéraire. On a décidé d’atterrir à Las Vegas, pour y passer deux jours. Ensuite, on louerait un voiture pour se rendre à Palm Springs pour un arrêt d’une journée, et on repartirait vers Los Angeles et les environs pour le reste du voyage. Fiou. Maintenant, on allait faire quoi? C’est là que j’ai commencé à passer des heures sur le web à lire, chercher et faire le tri entre toutes les activités possibles. Après quelques mal de tête et une pointe d’angoisse, j’ai décidé de télécharger un guide de Lonely Planet sur mon iPad. 1000 pages plus tard, je suis légèrement encore plus mélangée. Et c’est là qu’une merveilleuse âme charitable s’est offert de me guider un peu: Julie, de mmebonheur.com, je te dis merci encore une fois! Grâce à elle, j’ai réussi à y voir un peu plus clair. Avec ses conseils et ce que je trouvais en ligne, j’ai finalement fini par créer un itinéraire précis.

Et puis, tout bonnement, je suis tombée sur un site absolument génial: Planapple. Ce site web permet de créer des itinéraires de voyage le plus facilement du monde. On peut y importer des liens et photos, ajouter les personnes qui voyagent avec nous, et organiser tout de A à Z. Le seul petit bémol, c’est qu’une fois là-bas, lorsque je me connectais pour consulter mon itinéraire, la page n’apparaissait pas trop bien sur mon téléphone intelligent, mais tout de même, c’est un outil à considérer que je recommande fortement.

Finalement, j’ai bien trop angoissée pour rien (quoi de neuf), parce que tout s’est absolument bien passé, le soleil brillait tous les jours et je suis satisfaite d’absolument tout ce qu’on a fait. Je suis revenue complètement brûlée, mais ça valait le coup!

(Pour l’instant, je n’ai que les photos prises avec mon téléphone, parce que j’ai environ 600 photos à trier sur ma caméra. Ouf.)

Jour 1 & 2: Las Vegas

IMG_1732

La vue de ma chambre: à gauche, le Bellagio, et à droite le Ceasar’s Palace.

 

IMG_1773

À Vegas, tout est plus beau le soir.

 

Je savais qu’à Vegas, tout est plus grand que nature, mais je pense que je n’étais pas tout à fait préparée mentalement. Moi qui croyais entrer dans des hôtels de la taille de ce qu’on connait ici, j’étais carrément dans le champ. J’ai logé au Flamingo, qui est un des premiers hôtels de Vegas. Le Flamingo est extrêmement bien situé: en plein milieu du Strip. Si je ne pense pas au fait qu’il a fallu attendre une heure (??!!) pour s’enregistrer, je n’hésiterais pas à le recommander.

IMG_1736

J’étais visiblement perturbée à la vue de ma giga crêpe, qui était plus grosse que ma tête.

 

Il est tout à fait possible de bien manger à Vegas, c’est seulement que les portions sont un peu trop généreuses. J’ai adoré déjeuner au resto Mon ami Gabi, situé dans l’hôtel Paris et mention spéciale aux burgers hawaïens de chez Cheeseburger (situé dans le Miracle Mile mall).

Pour ma part, deux jours pour faire le tour des hôtels intéressants (parce que non, ils ne valent pas tous le détour) étaient suffisants. Question shopping, tout dépend du budget, et disons que le mien ne penche pas tant que ça vers Chanel, Burberry et compagnie, mais il est toujours permis de faire du lèche-vitrine 😉

 

Jour 3: Palm Springs

IMG_1806

Le désert.

 

Étrangement, j’étais un peu nerveuse à l’idée de rouler pendant 5 heures dans le désert, mais finalement, tout s’est bien passé. Je veux dire, le désert, c’est le désert. Oui, c’est pareil comme dans les films: le vent qui soulève le sable, les cactus et… le sable. J’avoue que c’est assez impressionnant et déroutant comme paysage.

IMG_1820

Là où je veux vivre pour toujours: l’hôtel Saguaro.

 

Le coup de cœur de mes vacances? Palm Springs. J’ai un peu de regret d’y avoir passé qu’une seule nuit, mais ce n’est que partie remise. Moi qui voulais rester au Saguaro depuis des années, j’étais énervée comme une puce quand l’hôtel nous a surclassé dans une chambre avec vue sur la piscine. J’avais l’impression d’être en 1970 le temps de quelques heures. Que dire du paysage à Palm Springs? La ville (qui est toute petite) est carrément au pied des montagnes, en plein milieu du désert. Donc, non, pas d’océan, mais la vue est à couper le souffle. Il fait extrêmement chaud dans le désert (surtout en plein mois de juillet), donc c’est la basse saison. C’était le vendredi soir, et à 22 heures, la piscine était pratiquement à nous. La plupart des stationnements publics sont gratuits (yay!) et il faut absolument se rendre sur Palm Canyon Drive, là où se situe plusieurs petites boutiques et restos.  Pour une guacamole absolument divine, rendez-vous chez Las Casuelas Terraza.

Jour 4: Direction L.A.

Probablement la journée la plus relax de tout le voyage. On a tranquillement roulé jusqu’à notre motel en banlieue de L.A., et on a décidé de se reposer (l’air de rien, 3 heures de décalage, ça brouille le système un peu).

Jour 5: Santa Monica

IMG_1848

La maison mauve et rose a appartenu à Ruth Handler, la créatrice de Barbie!

 

Santa Monica, c’était un incontournable de notre voyage. On a commencé par un petit tour sur Third Street Promenade, une rue piétonne remplie de boutiques et de restos. Toutes les grosses chaînes s’y trouvent. Comme c’est une rue et non un centre d’achat, on profite du beau temps tout en faisant un peu de shopping. Pas mal dans mes cordes. Ensuite, on a marché un bon bout dans un quartier résidentiel, question d’avoir l’air d’être du coin, tsé. Moi aussi je veux vivre sur une rue remplie de palmiers, dans une maison blanche au toit rose. Conseil: pour avoir une table dans un resto sur le bord de la mer, c’est une bonne idée de penser à faire une réservation (chose que je n’avais pas faite). L’attente dans certains restos va jusqu’à 90 minutes. On avait l’intention de faire un peu de vélo sur la piste qui mène jusqu’à Venice Beach, mais finalement, on a pas eu le temps. Le coût pour la location de vélos est très raisonnable.

 

Jour 6: Venice +  Huntington Beach

IMG_1857

L’intérieur d’une jolie boutique.

 

Selon notre itinéraire, on devait aller à Venice Beach. Finalement, plus je lisais les avis sur Yelp et TripAdvisor, moins j’étais convaincue que ça valait la peine. On a décidé à la place d’aller se promener sur la rue Abbot Kinney. Personnellement, j’ai préféré Abbot Kinney à Third Street Promenade. Pourquoi? Parce que AK regorge de petites boutiques indépendantes et originales. Ça nous a pris une demie-journée rien que pour faire le tour.

En fin d’après-midi, on s’est rendu à Huntington Beach. La plage était magnifique, surtout la route pour y accéder. Une vingtaine de magasins s’y trouvent à proximité de la plage.

IMG_1865

Huntington Beach.

 

Jour 7: Hollywood + Beverly Hills

Ok. Je ne voudrais pas péter la balloune de personne, mais si vous imaginez Hollywood comme étant la ville la plus glamour sur la planète, j’ai des petites nouvelles pour vous: ce n’est pas le cas. Mais vraiment pas. En gros, on allait à Hollywood pour photographier les fameuses lettres, et rouler sur Mullholland Drive. Le secteur où se trouve le Walk of Fame est touristique au max; que des boutiques souvenirs et des kiosques pour les tours organisés. L’endroit n’est pas particulièrement propre non plus. J’imaginais le Sunset Boulevard beaucoup plus classe que ce que j’ai vu. Bref, oui on y va, mais quelques heures suffisent.

IMG_1874

Photo obligée de touriste.

 

Pssst: Si vous êtes en voiture, oubliez le Highland Center et conduisez jusqu’au 3204 Canyon Lake Drive. La vue y est 100 fois mieux.

Beverly Hills a été bref aussi; que des grosses baraques camouflées par du feuillage et des boutiques de luxe. Je tenais tout de même à prendre une photo du Beverly Hills Hotel.

IMG_1886

Une chambre à 1000$/nuit, ça vous dirait?

 

Ce que j’ai préféré faire dans le coin, c’était la route Mullholland Drive. Pas facile à trouver (les rues sont en montagne et si étroites que les systèmes de navigation ne comprennent plus rien), mais la vue sur L.A. est époustouflante. J’imagine que c’est encore plus saisissant le soir, mais comme la route n’est pas facile dans les collines, c’était peut-être préférable d’y aller de jour.

IMG_1876

Vue sur Los Angeles.

 

Le soir, on a marché un peu sur Melrose Avenue. Je suis tombée sur Wasteland, un magasin de vêtements d’occasion qui aurait fait le bonheur de n’importe quelle fashionista. Des souliers Jeffrey Campbell aux vêtements Nasty Gal (encore en excellent état), Wasteland est une véritable caserne d’Ali Baba. Par contre, j’ai remarqué que la plupart des vêtements étaient XS ou S.

 

Jour 8: Disneyland + Laguna Beach

Confession: je n’étais jamais allée dans un parc de Disney. Ça devait manquer à ma vie, parce que je tenais absolument à y aller. Malheureusement, la fatigue et la chaleur m’ont un peu coupé le plaisir que j’aurais dû avoir, mais tout de même, je ne regrette pas du tout l’expérience! On avait acheté une passe valide pour un seul parc (il y en a deux), et on a préféré visiter celui de Disneyland, qui est le tout premier parc original de Disney. L’attente pour les manèges est un peu ridicule (jusqu’à deux heures), mais dans notre cas ce n’était pas un problème; on est trop mimines pour les sensations fortes. Il existe quand même un système pour accéder aux manèges plus rapidement, il suffit d’aller sur le site web pour bien se renseigner.

IMG_1895

Disneyland.

 

IMG_1904

Coucher de soleil à Laguna Beach.

 

Non, je n’ai pas vu Lauren Conrad à Laguna Beach, mais à voir le nombre de voitures de luxe qui étaient stationnées un peu partout (et je ne parle même pas des maisons), Laguna Beach est un quartier pour les gens qui ont beaucoup, beaucoup de sous. La vue sur les collines à partir de la plage est incroyable. Les restos sont branchés et l’atmosphère est relax. Belle petite plage à voir.

 

Jour 9: Venice Beach

Finalement, on s’est dit qu’on ne pouvais pas passer à côté d’une plage aussi unique que Venice Beach. Appelée aussi « Muscle Beach » (il y a un gym extérieur directement sur la plage!), Venice Beach est vraiment un endroit particulier. Des rastas qui veulent te signer leur disque contre une contribution, un mec qui joue de la guitare électrique debout sur sa planche à roulette, un autre qui demande de l’argent pour photographier le chien « le plus paresseux au monde » et des dizaines d’artistes free spirit qui vendent leurs créations un peu partout sur le boardwalk. Sans oublier les fameux « green doctors ».

J’y ai même rencontré une Montréalaise qui était venue à Palm Springs en avril pour le festival Coachella, et qui n’a jamais pris son billet de retour! Elle travaille dans un petit kiosque de Venice Beach et ne veut plus rentrer à Montréal (on la comprend!).

IMG_1912

Venice Beach.

 

 

IMG_1913

 

 

Jour 10: Santa Barbara

Évidemment, impossible d’être à L.A. sans partir en voiture vers le Pacific Coast Highway (PCH pour les habitués, scusez pardon).  En début de semaine, on avait dans l’idée d’aller jusqu’à Hearst Castle, mais cinq heures de route, c’est pas à la porte. Alors on a roulé jusqu’à Santa Barbara (deux heures à partir de L.A.). Aucune trace de Katy Perry, mais elle a raison d’aimer autant son village! L’architecture de Santa Barbara est influencée par le style espagnol; on se croirait totalement ailleurs!  Il y a un petit quai où se trouvent quelques restos de fruits de mer. C’est le meilleur endroit pour avoir une vue sur l’océan.

IMG_1930

Santa Barbara.

 

Jour 11: départ et déprime

Ça me fait toujours un petit quelque chose quand les vacances se terminent, mais cette fois-ci, c’était vraiment grave. En plus, le vol du retour a été si épuisant; j’avais vraiment les nerfs à fleur de peau. À mon retour à Montréal, ça faisait plus de 24 heures que je n’avais pas dormi (qui réussit à dormir dans l’avion??!). Mais je ne me plains certainement pas, parce que les souvenirs que j’ai de la Californie resteront gravés dans ma mémoire pour longtemps.

J’aimerais souligner l’excellent service qu’on a eu partout. En fait, même ailleurs aux États-Unis, j’ai toujours eu du service remarquable. Que se soit dans les restaurants, les boutiques ou autre, les gens qui travaillent avec pourboire méritent amplement plus que le minimum suggéré. Vraiment, ça fait partie en quelque sorte de la réussite d’un voyage, et je tenais à le mentionner.

Avez-vous déjà voyagé en Californie? Quels sont vos incontournables?