Je me fous du monde entier

C’est tu assez clair? Et vous devriez, vous aussi, vous foutre du monde entier. Pas dans le sens égocentrique-je suis seule au monde je fais chier les autres et ça me dérange pas, là. Non. Dans le sens de je me sacre de ce que les autres pensent de moi. Non mais c’est vrai, pensez-y 2 secondes: on finit toujours par s’en faire un moment donné avec ce que les autres vont penser de nous si on dit ci ou ça, si on fait pas ci ou si on fait pas ça et bla bla bla bla.

Moi ces derniers temps, c’est quelque chose que j’essaie vraiment très fort d’arrêter de faire. Et venant d’une fille qui a pratiquement toujours passé sa vie à obséder avec l’opinion des autres, le chemin est tough. Mais je m’en tire pas trop mal, je suis fière de moi. Je sais pas à qui on essaie de plaire tant que ça, mais la réalité, c’est que tout le monde est tellement centré sur sa petite personne full importante, que de toute façon, personne care de ce que tu fais de ta vie. C’est plate de même, mais c’est ça. Pourquoi toujours faire des pieds pis des mains pour du monde qui se crisse totalement de toi? C’est tellement con quand tu y penses. Pourtant, on se fait tous prendre, moi la première.

Fotor01024193559

Je ne peux changer ce que les gens pensent de moi. Mais ils ne peuvent pas changer le fait que je me fous vraiment de ce qu’ils pensent…

Pour être ben franche, je trouve qu’il y a tellement d’hypocrisie dans tout ça. Je peux pas mettre tout le monde dans le même panier, mais des gens qui ne disent pas leurs vraies opinions et qui font semblant d’aimer telle ou telle affaire, y’en a plein. Ça, je catch pas. Même si j’ai beau m’en faire avec ce que les autres pensent, au moins, je suis pas fake. C’est peut-être l’avantage de vieillir; parce que même si oui, je fais des efforts pour me sacrer du jugement des autres, je pense qu’il y a aussi une partie qui vient naturellement. À 20 ans, tu vis carrément en fonction des autres. Après, tu vois tes amis avoir des bébés, une qui se marie, l’autre qui achète une maison. J’ai rien de ça, pis ça m’empêche pas de vivre. C’est ça qui gosse: parce que tu fais pas ce que la majorité des gens font, les commentaires revolent de tout bord tout côté. Pis tu te compares. Pis tu te demandes si les autres te trouvent si loser que ça. Pis là, pis là, pis là…

Tu finis par t’ouvrir les yeux, et tu réalises que ta vie, c’est toi qui la fait. En fonction de ton propre bonheur, pas celui des autres. Surtout pas celui des autres. Personne sera heureux à ma place. Si pour moi manger un bol de Kraft Dinner en faisant des mots cachés un samedi soir me satisfait à 100%, je vois pas le problème. Quelqu’un quelque part va mal dormir à cause de ça? Clair que non.

Avant, j’aurais jamais osé sortir acheter ma pinte de lait si j’étais pas maquillée comme si j’allais aux Oscars. J’aurais pas été faire mon épicerie habillée en mou. J’aurais presque fait une syncope juste de me casser un ongle. J’aurais jamais dit à personne que j’aime ça en maudit manger du junk. J’aurais pas avoué que les tounes de James Blunt me font brailler. J’aurais gardé pour moi que j’hais pour mourir faire du sport. Avant, j’étais encore en train de suffoquer dans mes jeans à 40 degrés. Maintenant, who cares?

Parce que tsé, faut tellement être zen, santé pis parfaite. Ben désolée, mais je suis tout sauf zen, santé à moitié pis loin d’être parfaite.

Vivre dans le regard des autres est la pire punition que quelqu’un puisse s’infliger. La vie est longue quand on vit pour les autres, pis on passe à côté d’un paquet d’affaires, dont la liberté d’esprit. Je plairai jamais à tout le monde, c’est correct comme ça, c’est pas mon but ultime dans la vie. Du moins, ce l’est plus.

Si on en est rendu à définir la coolitude de quelqu’un par ses talents culinaires ou son chiffre d’amis Facebook, ben j’en ai perdu un boutte pis j’ai même pas envie de comprendre.

tumblr_me7dzs7oEC1rsslako1_500

  • Je pense que c’est l »âge qui fait ça.. Je vais avoir 33 pis je me sacre totalement de ce que les autres pensent..Dans le sens où tu parles.. pas le sens où je n’accepte pas la critique constructive ou les émotions des autres là.. mais le bitchage . J’ai toujours pu me rendre au centre ville en pyjama avec mon manteau, pas peigné et pas maquillé, et ça me dérange tellement pas .. Je suis tellement pas « apparence », mais j’ai tellement suffoquer moi avec dans des jeans à 40 degrés..

    Je trouve ton article très nice.. Il faut se le rappeler!

    • Marie-eve

      Oui effectivement ça vient avec le temps. Tu finis par te rendre compte que ces choses-là comptent tellement pas. Même si parfois j’ai des petites rechutes:/